Dr HAUHOUOT Asseypo Célestin Paul

  • Doctorat Univ. Nantes (Géographie),
  • Maître de Conférences
  • Directeur du LATIG
  • Sous Directeur chargé de la Recherche au CURAT

Université de Cocody, 08 BP 1260 Abidjan 08 (Côte d'Ivoire); c_hauhouot@yahoo.fr

Page d'accueil du CURAT

Biographie

HAUHOUOT Asseypo Célestin est Maître de Conférences des Universités. Ses activités de recherche couvrent les domaines suivant :

  • Télédétection et Système d'Information Géographique
  • Gps Différentiel
  • Géographie des littoraux
  • Géorisques
  • Cinématique du trait de Côte

Enseignement

Dr. HAUHOUOT dispense des cours dans les cycles universitaires suivants : 2nd et 3è cycle.

Enseignement de 3è cycle

    DEA Télédétection et SIG

    • Intégration des données satellitaires dans les SIG
    • Télédétection dces milieux littoraux
    • Télédétection, SIG et évaluation environnementale

Enseignement de 2è cycle

    MST 2 Géoographie

Recherche

1-Télédétection du trait de côte et sa cinématique
L'érosion côtière constitue un thème majeur de l'évolution de l'environnement côtier : 50 % des rivages marins de la terre régressent. En France 24% des rivages sont en recul (Robin, 2002) ; en Côte d'Ivoire les 2/3 du trait de côte sont déstabilisés par l'érosion. Ce phénomène a une dimension économique et sociale considérable. Il provoque des destructions d'habitats et d'infrastructures du fait de l'intense concentration des populations sur le littoral. Les pressions socio-économiques sur l'espace littoral ivoirien ne cessent de s'amplifier, déchaînées par la montée démographique urbaine. Les projections mondiales relatives aux impacts des changements climatiques laissent envisager une accentuation de l'élévation du niveau de la mer avec pour corollaire un renforcement des processus d'érosion des côtes basses. On peut prédire l'aggravation à terme si un véritable plan de gestion du littoral n'est pas appliqué. La mise en place d'un tel plan doit s'appuyer sur une bonne connaissance du fonctionnement des littoraux donc de l'évolution du trait de côte. Des opérations de recherches initiées ont permis d'élaborer une méthodologie et d'identifier l'évolution du trait de côte de certains secteurs : Abidjan (1950-1995), Grand-Lahou (1957-1993) et San Pedro (1972-1993). D'autres sont entreprises pour déterminer la cinématique du reste du linéaire côtier et éventuellement mettre à jour les informations existantes.

2- Géorisques : risques naturels et technologiques (approche géographique)
Les risques naturels proviennent d'une coïncidence entre un aléa et une vulnérabilité. En Côte d'Ivoire on classe les risques naturels côtiers en deux grands types (Robin et Hauhouot, 1999) : 1 – les risques qui proviennent d'une vulnérabilité naturelle et dont l'intensité est fonction du type et de l'intensité d'un aléa naturel. On trouve dans ce cas de figure l'érosion côtière “normale”, les glissements de terrains d'origine sous-marine et les inondations générées par la mobilité des passes. 2 -  les risques qui proviennent d'une vulnérabilité créée artificillement et non prévue dont l'intensité est aussi fonction du type et de l'intensité d'un aléa naturel. On trouve dans ce cas les risques liées aux conséquences d'équipement pour la protection côtière, à l'extraction aveugle de sédiments pour les ouvrages de construction, aux conditions sanitaires liées à une exploitation inconsidérée du milieu littoral.

Les risques technologiques sont liées au contexte du développement local. De tous les pays de l'Afrique de l'Ouest, la Côte d'Ivoire est celui qui progresse le plus rapidement sur le plan de l'urbanisation. De  1955 à 1990, le taux d'urbanisation est passé de 12,7 à 42,5%. Même si la crise a provoqué un ralentissement de la progression, le taux d'urbanisation reste supérieur à celui de la croissance démographique nationale qui est de l'ordre de 3,8%. La population urbaine est passé de  800 000 à 5,5 millions de 1960 à 1995. Toutes ces tendances nationales se cristallisent à Abidjan avec quelques  expressions spatio-économiques fortes :

  •  croissance démographique difficilement contrôlable ;
  •  développement d'une économie urbaine à la dimension du statut et du rôle de la capitale ;
  •  développement des transports de biens et de personnes ;
  •  pression sociale extraordinaire sur l'espace, notamment dans les environs des établissements industriels classés avec tout ce que cela suppose comme risque.
Ce axe à pour objectifs d'identifier, de cartographier et de mettre en place un suivi des zones à risque. L'objectif final est de mettre en place des plans de prévention et d'intervention. A cet égard, la contribution du couplage SIG-Télédétection est fort utile dans les phases d'inventaire, de révision, de planification et de prévention.

3- Bases de données géographiques régionales

Principaux résultats :
- des bases de données régionales sur le trait de côte d'Abidjan (1950-1995), de Grand-Lahou (1956-1993) et de San Pedro (1972-1993).
- des bases de données sur le bâti de quelques secteurs côtiers ivoiriens.

Publications

1- Mémoires & thèses

 HAUHOUOT C. (2000). Analyse et Cartographie de la dynamique du littoral et des risques naturels côtiers en Côte d'Ivoire. Thèse Univ. Nantes, 310 p.

2- Articles publiés dans les revues à comité de lecture

HAUHOUOT C. (2002). Les problèmes de l'aménagement de l'estuaire du fleuve Comoé, à Grand-Bassam. Cahiers d'outre-Mer, 55, (219),  juillet-septembre pp. 307-324.

HAUHOUOT C. & ROBIN M. (2000).La protection et la gestion de l'espace littoral dans l'aménagement urbain à Abidjan. Geo-Eco-Trop,25, pp. 85-118.

HAUHOUOT C. & ROBIN M. (1999). Les risques naturels côtiers en Côte d'Ivoire. In Géographie ivoirienne. Cahiers Nantais, n°51, pp. 169-183.

3- Symposiums, Actes de colloques avec comité de lecture

ROBIN M. & HAUHOUOT C. (1999). Le risque urbain généré par une érosion côtière d'origine partiellement anthropique : cas de la baie de Port-Bouët, Abidjan Côte d'Ivoire. CoastalGis 99, Session 10, 11 p.

HAUHOUOT C., ROBIN M. & MIOSSEC A. (1997). Cinématique du littoral de Grand-Lahou (Côte d'Ivoire) à l'aide d'un SIG. In Iles et littoraux tropicaux – Brest, Ouest éditions, pp. 269-276.

Dernière mise à jour :Octobre 2011